Angéline Flor Pua, Miss Belgique 2018 aux commandes du simulateur de vol de l’Airbus A380 d’Emirates à Dubaï.

J’ai eu le plaisir de vivre une très belle expérience en compagnie d’Angéline Flor Pua, Miss Belgique 2018. En effet, nous nous sommes rendu à Dubaï au centre de formation des pilotes d’Emirates pour voler sur le simulateur de vol de l’Airbus A380.

Angéline Flor Pua termine ses études pour devenir pilote et son rêve est de voler sur Airbus A 380 chez Emirates. Quand l’attachée de presse de cette compagnie aérienne a eu connaissance du but ultime d’Angéline, c’est tout naturellement qu’elle l’a invité à l’Emirates Training College à Dubaï. Bien sûr et pour immortaliser la chose il fallait un photographe professionnel, et c’est là que je rentre en scène.

Le hasard veut que comme blogueur et influencer j’ai déjà eu l’occasion de voler sur un simulateur de vol, celui de l’European Flight Simulator qui est un Boeing 737-800, l’avion le plus commercialisé au monde.

Je connais bien l’attachée de presse d’Emirates en Belgique, et quand elle organise les choses, elle met souvent les petits plats dans les grands. C’est donc un voyage court mais dans d’excellentes conditions qu’elle nous a proposé. Un vol Bruxelles – Dubaï, avec le Boeing 777 – 300ER, le 25 juin avec un retour le 28 juin et en classe affaire, s’il vous plaît ! Voyager dans de telles conditions avec une compagnie aérienne comme Emirates c’est un pur bonheur. Quand on vole en Business ou en First avec Emirates, une limousine vient vous chercher à la maison pour vous déposer à l’aéroport et idem pour le retour. J’avais déjà visité le nouveau Boeing 777–300ER d’Emirates avec ses nouvelles cabines en First mais je n’avais jamais volé avec eux sur ce type d’appareil. L’intérieur de la cabine est décoré avec goût et le service est irréprochable. Au départ de Bruxelles, Il y a 6h35 de vol jusqu’à Dubaï, mais je n’ai pas vu le temps passer. Entre les repas et les films proposés, un match de foot de la Coupe du Monde de football, sans oublier mes petits passages sur internet grâce au Wifi gratuit, j’étais déjà arrivé à destination.

Le lendemain, nous sommes directement rentrés dans le vif du sujet, direction l’Emirates Training College. Ce centre d’entrainement pour le personnel d’Emirates est assez incroyable, et Angéline et moi-même nous nous rendions compte de la chance que nous avions de pouvoir rentrer dans ce bâtiment uniquement réservé au personnel d’Emirates. Après une petite visite des lieux, direction la cabine de pilotage du simulateur de vol de l’Airbus A380. A l’intérieur  on a vraiment l’impression d’être dans l’avion, le réalisme est total ! Que ce soit la vue depuis le cockpit, le bruit des moteurs, les turbulences, rien n’est laissé au hasard pour que les pilotes puissent s’entrainer comme si ils étaient en plein vol. Angéline a fait quelques décollages au départ de Dubaï et l’instructeur que nous avions a chaque fois rendu le vol un peu plus compliqué pour Miss Belgique. Un moment, il a simulé une panne moteur, et je dois dire qu’Angéline s’en ai très bien tiré pour gérer l’avarie. Une constatation, même si l’Airbus A380 est immense, il est d’une remarquable maniabilité. J’avais dit à l’instructeur que j’avais déjà volé sur un simulateur, celui du Boeing 737-800 et à la fin de la séance d’entrainement d’Angéline, il m’a proposé de prendre les commande de L’Airbus A380, j’ai bien évidement accepté ! Il y a une grande différence un Boeing et un Airbus, pour le premier on vole avec un manche et le second avec un joystick, dans un premier temps c’était un peu perturbant, mais je me suis bien débrouillé, que ce soit au décollage, en vol, ou à l’ atterrissage. Ce fût encore une expérience fabuleuse !

Le deuxième jour nous avons été découvrir Dubaï, j’y avais été il y a plus de 20 ans et il est vrai que je n’ai rien reconnu à cette ville complètement sortie du désert.  Un petit stop sur la plage devant Burj al-Arab, cet hôtel 5 étoiles en forme de voile et proclamé par certains journalistes comme le seul hôtel 7 étoiles au monde. Une visite du musée de la ville qui montre ce qu’était la vie dans le désert il n’y a pas si longtemps que cela, mais le point d’orgue de cette visite de la ville de Dubaï fut certainement cette montée au 124éme étage à 452 mètres d’altitude de la tour Burj Khalifa qui a une hauteur de 828 mètres. La vue sur Dubaï y est surprenante !

Mon mini trip à Dubaï touchait déjà à sa fin et au matin du dernier jour avant de me diriger vers l’aéroport, nous en avons vite profiter pour faire quelques photos un peu plus sexy d’Angéline Pua au bord d’une des piscines de l’Hôtel Méridien Airport. Vivement un prochain voyage dans de telles conditions, thanks Emirates !

 

 

 

LEAVE A REPLY

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *