Cockpit du simulateur de vol du Boeing 737-800 de l'European Flight Simulator à Charleroi

Envolez-vous aux commandes d’un Boeing 737-800 à l’European Flight Simulator.

Voler est le plus vieux rêve de l’homme. Devenu possible, s’envoler aux commandes d’un avion de ligne ne l’est toutefois qu’avec une licence de pilote. Sans une telle licence, j’ai pourtant bien piloté plusieurs fois un Boeing 737-800. Je vous rassure, pas un vrai, mais dans un impressionnant simulateur de vol, celui de l’European Flight Simulator.

J’aime aller vers de nouveaux horizons et vivre des expériences insolites, des sensations inhabituelles. Grâce à l’European Flight Simulator, je n’ai vraiment pas été déçu, que du contraire ! Ce simulateur de vol est utilisé par des pilotes sous licence pour s’y former sur différentes phases de vol. Ce n’est donc pas un grand jouet ou un parc d’attraction. À l’European Flight Simulator voler, c’est du sérieux.

Pour découvrir ce simulateur de vol, j’ai choisi la formule à 119€ pour 30 minutes de briefing et 30 minutes de vol. Vous avez bien lu, ce tarif est particulièrement compétitif. D’autres formules existent et je vous invite à en prendre connaissance sur le site de l’European Flight Simulator. À la tête de cette société se trouvent deux pilotes professionnels, Julien Meertens et Tanguy Warny. Tanguy a été mon instructeur et copilote.

Les 30 minutes de briefing sont bien utiles et permettent de comprendre, dans les grandes lignes, le fonctionnement de l’avion et des instruments de bord. Une fois cette masse d’informations transmise, direction le poste de pilotage du Boeing 737-800.

Évidemment, je me suis vite pris au jeu et ai même ressenti un certain stress, dû sans doute à la crainte de ne pas être à la hauteur. Heureusement, mon copilote du jour remplissait son rôle à la perfection. Sans ses automatismes et ses explications en temps réel, il m’aurait été difficile de faire décoller l’avion.

J’ai donc accompli mon baptême de l’air comme commandant de bord au départ de l’aéroport d’Ajaccio en Corse. Au bout de la piste de décollage, se trouvent les montagnes. Il faut donc prendre rapidement de l’altitude. Le moment était venu, le frein de parking était lâché « clear for takeoff » et j’ai poussé la manette des gaz pour faire monter la puissance des moteurs à 40 %. J’étais lancé, l’avion prenait de la vitesse, « set takeoff thrust » mes mains sur le manche, « V1 » à ce moment précis, quoi qu’il arrive, il faut décoller. « Rotate », j’ai tiré le manche progressivement pour faire monter le nez de l’avion à 15° d’assiette positive et j’étais dans les airs, aux commandes d’un Boeing 737-800.

Ensuite, j’ai effectué une boucle au dessus des montagnes et de la mer pour me repositionner dans l’axe de la piste 2 d’Ajaccio. Le décollage est déjà impressionnant, l’atterrissage est davantage complexe.

Tout le vol se fait à l’aide des instruments de bord. Pour l’atterrissage, j’avais pour instruction de passer en visuel de la piste à une hauteur de 200 pieds du sol. Et c’est là que les choses sérieuses commencent. Heureusement, Tanguy était à mes côtés pour me guider. « Tirez sur le manche, coupez les gaz, cabrez le nez tout doucement, ok c’est bon, on est sur la piste. Enclenchez les inverseurs de poussée, gardez l’axe de piste uniquement avec vos pieds sur les palonniers, placez votre main droite sur les inverseurs et maintenez une pression sur le haut des palonniers pour initialiser le freinage. Rentrez les inverseurs ». Enfin, l’avion était à l’arrêt sur la piste. Quelle expérience, j’ai adoré !

J’ai également effectué un autre vol au départ et à l’arrivée de l’aéroport de Cape Town. J’étais déjà un peu plus à l’aise. Quelques jours après, j’y suis retourné pour prendre des photos et je n’ai pu résister à l’envie d’effectuer un nouveau vol. Ce fut une belle boucle au-dessus de Bruxelles et l’expérience, une nouvelle fois, était géniale !

Comme blogueur, j’ai la chance de faire de belles découvertes. Quand elles sont de cette ampleur, j’ai évidemment envie de les partager. Si l’expérience vous tente et si vous aussi avez envie de voler aux commandes d’un Boeing 737-8OO, rendez-vous à l’European Flight Simulator. Vous pouvez y aller les yeux fermés. Mais n’oubliez pas de les ouvrir pour le vol 😉

LEAVE A REPLY

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *