« Biskupin » Le travail photographique de Kevin Compain

Voici un deuxième travail d’un élève de l’école Supérieur des Arts de Saint-Luc à Liège dont j’ai été jury de fin d’étude cette année. Kevin Compain, nous présente « Biskupin » qui d’après lui est une rencontre alliant l’histoire et l’aura d’aujourd’hui en Pologne.

 

En marchant dans les alentours de Wroclaw, il a voulu provoquer le hasard. Il quittait son auberge tous les matins à sept heures pour prendre le premier tram qui se trouvait sur sa route. Il observait les paysages, et il descendait du tram le plus loin possible, au terminus. Il voulait se perdre, marcher sans savoir où aller, trouver ce que les touristes ne voient pas : des paysages perdus dans leurs morosités.Le silence de ces quartiers endormis lui plaisait. Il a trouvé une Pologne abandonnée qui se relevait peu à peu du communisme qui lui était imposé par l’Union Soviétique. La dureté de l’hiver accentuait cet effet. Pour lui la vie n’existait plus ! Il a voulu enfermer les paysages dans un cadrage frontal et droit en donnant à la Pologne son autorité stricte. En revenant vers le centre de Wroclaw, Kevin trouvait des habitants d’une beauté glacée. Marchant d’un pas parfois un peu lourd, parfois un peu pressé, il se devait de les arrêter, de les figer. C’est alors, que tout naturellement le diptyque s’est imposé à lui. Ses photographies présentées de la sorte sont pour notre photographe le caractère de cette ville. Ces diptyques sont l’expression de la vie qui lui manquait. Ils animent la morosité. Ils sont les regards croisés qui ont immortalisés ses rencontres. Pour lui, ils sont la projection du passé et de l’avenir.En vous présentant cette dualité entre la vie et l’inanimé, Kevin Compain espère avoir transmis ce que la Pologne a provoqué en lui. Un profond respect de ce que nous connaissons mal. Un échange entre l’histoire et l’avenir. Un présent oublié et désolé. Je trouve le travail et le témoignage de Kevin particulièrement intéressant et si vous voulez en savoir un peu plus sur ce jeune photographe, n’hésitez pas à visiter son site internet.

One Response to “« Biskupin » Le travail photographique de Kevin Compain”

  1. Julie Franchet

    Qu’il est bon de prendre les chemins de traverse…
    Très beau reportage, joli texte 😉 On ne se lasse pas de revoir tes images. Encore félicitation!!!

LEAVE A REPLY

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *