Test photo sportive avec le D3s et le 400mm 2.8 de Nikon

Ma formation pour devenir photographe professionnel était dans le département sport de l’agence de presse Photo News à Bruxelles. A l’époque, en Belgique il y avait 3 grosses agences qui se partageaient le marché de la photo de sport, Reporters, Isopress et Photo News.

J’ai eu la chance d’apprendre mon métier avec des photographes sportifs de hauts niveaux, comme Michel Gouverneur, Philippe Crochet et Jimmy Bolcina. C’était une formation riche et variée où j’ai été très vite lancé dans l’arène sportive. Cette agence souhaitait couvrir un maximum d’événements pour se positionner comme leader de la photo de sport en Belgique. Malgré que j’étais un stagiaire, on m’envoyait partout pour offrir aux journaux et aux magazines un événement en plus qui était couvert par l’équipe du sport de l’agence.C’était une formation très soutenue, avec le rythme d’un photographe sportif qui travaille la semaine mais surtout le week-end. Nous étions à une époque où le numérique n’existait pas, les longues focales étaient exclusivement manuelles, il n’y avait pas d’autofocus. Par la suite, je suis devenu professionnel free lance comme photographe sportif mais aussi dans le département news de l’agence Reporters.Je ne vais pas faire le vieux, mais ça remonte à plus de vingt ans, et depuis j’ai rangé mon 400 mm au placard pour me consacrer aux portraits et à la photo en studio.

En apprenant que mon fils jouait au tournoi international de foot de la RUSAS avec l’équipe U10 du White Star, j’y ai vu une bonne occasion de faire quelques photos de foot pour lui faire plaisir et aussi pour tester du matériel que je ne connaissais pas. Je travaille habituellement en Canon et comme pour le moment dans le monde de la photo sportive Nikon a le dessus, j’ai pris contact avec le service NPS (Nikon Professionnel services) de Nikon Belgique pour tester le 400mm 2.8 couplé avec le D3s.Le D3s est maintenant bien connu et j’avais déjà entendu parlé de ses performances en haute sensibilité. J’en ai donc profité pour faire un test en intérieur à 1600 iso sans flash lors d’une fête de famille. J’ai été particulièrement surpris de la gestion du bruit de cet appareil photo comparé au Canon EOS 5D MKII, c’est remarquable !Je comprends dès lors que les photographes sportifs se sont dirigés en masse vers ce matériel pour les matches de foot où la lumière dans les stades nécessite de monter en sensibilité.

En ce qui me concerne, j’ai testé modestement ce matériel lors de ce tournoi de la RUSAS, et mis à part mon manque d’entrainement en photographie sportive, j’ai eu beaucoup de plaisir à travailler avec ce D3s et le 400mm de Nikon. C’est du bon matos photo ! Robuste, efficace, et qui m’a permis d’avoir quelques bonnes photos de foot même si je ne suis pas habitué à l’ergonomie du boitier.

One Response to “Test photo sportive avec le D3s et le 400mm 2.8 de Nikon”

  1. Gaston Blanchy

    Tout juste, incontestablement une « bête » de course le D3s. Je travaille en Nikon et j’ai également eu l’occasion de le tester, c’est bluffant. Malheureusement le prix est tout aussi bluffant…

LEAVE A REPLY

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *