Le making-of, une bonne manière pour optimiser sa visibilité !

La marque Stella Artois a fait fort pour sa dernière campagne de publicité. Elle s’est offerte pour réaliser ces magnifiques clichés c’elle qui est à mes yeux la meilleure photographe du monde, Annie Leibovitz. D’un point de vue de la communication et du marketing, il faut bien dire que Stella a optimisé son investissement en travaillant avec cette photographe de renom qui n’est bien évidemment pas la moins cher du marché.

Là aussi c’est bien joué! A notre époque grâce aux réseaux sociaux, et aux bloggeurs comme moi, les marques joue de plus en plus sur l’aspect viral des publicités ou des médias. Dès lors faire un making-of, appelé aussi « behind the scènes », devient un bon moyen pour faire parler d’une marque en plus de la prise de vue publicitaire.

Le monde de la photographie professionnel intéresse souvent les passionnés de photo, mais également « monsieur et madame tout le monde ». Quand on n’y connaît pas grand chose ou même quand on est un professionnel de l’image, c’est toujours intéressant de voir les moyens qui sont parfois mis en œuvre dans ce genre de production. Le photographe, la gestion de la lumière, la mise en scène, le jeu de rôle des mannequins ou des acteurs, les assistants qui tournent sur le set, sont tant d’éléments qui deviennent à eux seuls une autre scène autour de la publicité et du message principal de l’annonceur. 

Il est évident que c’est un bon moyen pour optimiser le message photographique et publicitaire par un petit film dynamique qui raconte l’ambiance lors de la prise de vue ? Dans le cas présent c’est vraiment bien fait. Un mini site vous accueille ou deux points de vues s’offre à vous, l’un à travers l’objectif en offrant un reportage d’ambiance photographie sous forme d’une galerie photo et d’un portfolio et l’autre un behind the scènes avec en plus 4 interviews des intervenants principaux de l’équipe de la photographe américaine, à savoir, la personne en charge du repérage des lieux, le coiffeur, le styliste et le maquilleur.

Lors de mes shooting pour certains magazines et plus particulièrement pour Ciné Télé Revue, la rédaction utilise ce moyen de communication en envoyant un cameramen. C’est le même principe que pour Stella Artois, il faut donner envie. Si le film est sympa et rythmé, il peut facilement circuler sur le web. Il donne de la notoriété et de la visibilité à l’article et devient dès lors un support au papier.

Bien évidemment ce making-of pour Stella Artois et très bien fait et n’a rien avoir avec les petites capsules du magazine que je viens de citer plus haut, même si elles sont très sympas. En publicité, il y a souvent plus de moyens qu’en presse. Car faire ce genre de behind the scènes aussi bien abouti, avec une direction artistique, et journalistique coûte pas mal d’argent. Il faut payer l’équipe de tournage, le cameraman, le preneur de son, le journaliste, et dans le cas présent le producteur, et je vous passe les heures de montage… C’est cher, mais quelle belle visibilité tant pour la marque que pour le photographe.  Est-ce que Annie Leibovitz en a encore besoin, je l’ignore! En tous cas, ça me donne bien envie de produire ce genre de film lors d’un de mes prochains shootings pour le plaisir, pour me faire connaître, et aussi pour vous faire partager la chance que j’ai de faire ce fabuleux métier de photographe professionnel. A bientôt en film 😉

N’hésitez pas à me suivre sur ma page Facebook Photographe Professionnel ! Vous pourrez y retrouver mes nouvelles photos et mes plus beaux portraits, mais aussi être tenu au courant de mes productions et des coulisses de celles-ci.

LEAVE A REPLY

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *